ASA : Une victoire pour 40 policiers Caladois

30 mai 2017

Ils ont fini par obtenir gain de cause face à l'administration et au Ministère de l'intérieur.

 

Partout en France, des milliers de policiers nationaux ont obtenu des revalorisations de carrière après avoir attaqué leur ministère de tutelle devant les tribunaux administratifs.

 

Un combat mené et remporté avec le soutien actif du syndicat UNITÉ SGP POLICE.

 

En cause, l'ASA ou Avantage spécifique d'ancienneté - pour faire simple une sorte de bonus touchant à l'indice et à l'échelon - longtemps octroyé aux seuls policiers de la région parisienne.

 

En 2011, le Conseil d'Etat a statué sur l'extension de cet avantage à l'ensemble des secteurs géographiques reconnus comme difficiles sur le territoire français (zone de sécurité prioritaire, zone urbaine sensible).

 

"L'ensemble de la Direction départementale de la sécurité publique du Rhône, Villefranche inclus, a fait l'objet de ce classement, mais l'administration a fait la sourde oreille pour procéder aux reconstructions de carrière, que ce soit sur Je plan pécuniaire ou en terme d'échelon", évoque Sébastien Thillet, secrétaire départemental UNITÉ SGP POLICE.

 

En 2012 a alors débuté un long combat juridique devant les tribunaux administratifs, en l'espèce celui de Lyon. 1 400 dossiers y ont été déposés dont 40 concernant le commissariat de Villefranche, sous l'impulsion du délégué local Jean-Francois Angosto.

 

Des mètres et des mètres de dossiers constitués au terme d'un travail de fourmi avec l'appui du syndicat.

 

Jusqu'au succès final avec les premières régularisations obtenues à Lyon en mars 2017, et aujourd'hui à Villefranche.

 

"Les collègues vont recevoir : de 1 000 à 10 000 euros de façon rétroactive, parfois depuis , 20 ans en arrière, un véritable bonus pour le pouvoir d'achat mais aussi la reconnaissance du fait qu'ils travaillent dans des secteurs géographiques difficiles", se félicite Sébastien Thillet, pour lequel c'est l'action de groupe qui a permis de faire aboutir cet énorme dossier.

 

"Il a fallu mobiliser, monter les dossiers pendant un an et demi, mais nous sommes fiers d'avoir gagné ce combat', achève Jean-Francois Angosto.

 

Jullen Verchère

RégionsÉchos de la région SUD-EST