Bassesse dans limite d'UNSA-POLICE à la CRS 23

04 novembre 2015

Pour le délégué Unsa Police CRS 23 la pilule n'est toujours pas passée sur le fait que le gérant de la synergie nous aie rejoint.

 

Les commissions du mess sont devenues des mascarades dont le seul but est de nuire au gérant.

 

Les derniers contrôles effectués par l'inspection technique zonale ont une nouvelle fois démontré une parfaite gestion du service. Utiliser la préconisation des notes de base pour demander à remplacer systématiquement un gérant d'expérience par un novice tous les 5 ans, voilà un grand combat syndical pour faire avancer les choses.

 

Unsa Police aurait-il obtenu des garanties pour que si notre Commandant l'applique, cela ne devienne pas un cas de jurisprudence ?

 

En effet nombre de leurs adhérents qui occupent la fonction de gérant, sont en place depuis des lustres dans d'autres compagnies de la zone est. Quoi qu'il en soit notre adhérent n'est pas concerné dans l'immédiat puisque cela ne fait pas 5 ans qu'il est en place.

 

D'autre part il bénéficie du soutien total de la hiérarchie jusqu'au directeur zonal.

 

Malgré cela, en apprenant la menace d'être sali dans la presse locale, usé de lutter contre l'arrogance, le mépris, la délation et affecté dans sa vie familiale, Gilles jette l'éponge !

 

Un de nos collègues, totalement étranger à notre syndicat mais très touché par les méthodes employées nous a déclaré avec émotion : " c'est la première fois dans ma carrière de policier que je ressens de la honte "

 

Dommage qu'aucun de ces grands connaisseurs du fonctionnement d'un mess ne postule à la gérance.

 

Quel gâchis de priver la collectivité de tant de compétences.

 

Nous espérons seulement que ces champions de la morale (pour les autres !) aient encore suffisamment de dignité pour trouver un goût amer à cette " magnifique victoire syndicale "

 

Découvrez la lettre ouverte de Gilles dans le PDF joint.

CRSZone CRS EST