Cayenne : Les policiers en plein désarroi !

12 août 2015

UNITÉ SGP POLICE-FO a expliqué publiquement ses revendications samedi matin, lors d'une conférence de presse.

 

Les policiers de Cayenne réclament le nouveau commissariat promis depuis 30 ans, mais aussi des moyens humains supplémentaires. Ils avaient réservé la salle ambiance de l'hôtel Amazonia, à deux pas du commissariat, et avaient tous revêtu le polo bleu de leur syndicat : UNITÉ SGP POLICE-FO.

 

Les policiers de Cayenne en ont gros sur la patate et ont décidé de le faire savoir. « On entend les critiques de la population, on les comprend, glisse Willy Ranguin, le secrétaire départemental de la section. On doit assurer une mission de service public mais on ne nous en donne pas les moyens. Et ça, il faut que les citoyens le sachent. »

 

En choeur, les représentants d'UNITÉ SGP POLICE-FO dénoncent des conditions de travail exécrables : un commissariat insalubre (électricité pas aux normes, invasion de rats et de cafards, vestiaires délabrés) et des effectifs en baisse constante depuis 2007 (moins 30 fonctionnaires sur la voie publique). « Les départs en retraite et les contrats ne sont pas remplacés en intégralité. Sans compter que des agents ont été affectés à de nouveaux services sans que leurs départs ne soient comblés » , explique Daniel Achoun, le secrétaire départemental d'UNITÉ SGP POLICE-FO.

 

Lui accuse vingt-huit ans de carrière et son ras-le-bol est à la hauteur de sa déception. « Avant, on pouvait travailler convenablement. On recevait chaque plainte, on intervenait rapidement quand on nous appelait. Ça a existé, mais ce n'est plus possible aujourd'hui. Et nous sommes les premiers à déplorer cette situation. »

 

Samedi, sur le groupe Facebook des consommateurs de Guyane, une jeune femme émettait de vives critiques à l'encontre de policiers de Cayenne qui n'étaient pas intervenus pour arrêter une bagarre à la sortie du Guest, une boîte de nuit située en face du commissariat. « On n'avait pas les moyens de le faire » , répond simplement Willy Ranguin.

 

Les policiers de Cayenne réclament en outre le nouveau commissariat qui leur avait été promis il y a près de trente ans. « Plusieurs études ont été réalisées. Pour le 24 de l'avenue De-Gaulle, l'annexe actuelle, le site de Jean-Martial, Chaton, détaille Willy Ranguin. Jusqu'à l'annonce de l'ancien président Sarkozy de nous installer à la Madeleine. » Un projet reporté puis abandonné après l'incendie du centre de rétention de Vincennes, en 2008.

 

Résultat : une nouvelle étude doit être menée pour Cayenne. Retour à la case départ.

RégionsÉchos de la région ANTILLES-GUYANE