Colmar ou le pays de "Oui-Oui"

27 juillet 2016

A l'heure où le Président de la République rappelle que notre pays est en guerre contre la barbarie et face à l'horreur des attentats, au Centre de Déminage de Colmar la hiérarchie s'inquiète de l'arme des «policiers» démineurs.

 

En effet un de nos collègues s'est vu intimer l'ordre de réintégrer son arme de service par l'adjoint du centre, en s’appuyant sur une note de service interne fixant les conditions d'emploi et d'usage de l'arme.

 

Malgré l’application pointilleuse de cette note, cet adjoint a semble-t-il oublié que notre organisation syndicale a défendu et obtenu de notre ministre, le port d'arme pour tous les policiers actifs qui le souhaitent, hors service, y compris en congé. (CTRPN du 5 juillet 2016)

 

Notre collègue a par le passé, déjà souffert «de mesures vexatoires» reconnues et condamnées  par une décision de justice.

 

Nous pensions cette époque révolue, le passé resurgirait-il ? Nous n'osons y croire.

 

Quand tous les policiers luttent au quotidien pour la sécurité de nos concitoyens, à Colmar, la priorité serait le «problème» de l'arme de service des «policiers» démineurs ?

 

UNITÉ SGP POLICE exige le strict respect des règlements pour tous les «policiers» démineurs.

SpecialitésDéminage