Entre le déséquilibre mental et le terrorisme, ou est la frontière ?