La DDSP 24 ne devrait pas oser parler des suicides dans la police

11 avril 2019

"Laisser la DDSP 24 s’exprimer sur les suicides dans la Police Nationale est une véritable provocation" déclare Yves LEFEBVRE, Secrétaire Général UNITÉ SGP POLICE FORCE OUVRIÈRE.

 

UNITÉ SGP POLICE FORCE OUVRIÈRE. a regardé avec attention le reportage de TF1 sur les suicides dans la Police Nationale et se satisfait que les médias se saisissent enfin de ce dramatique problème.

 

Depuis de long mois, de trop long mois, UNITÉ SGP POLICE FORCE OUVRIÈRE. dénonce l’inertie de l’administration sur ce drame qui touche notre profession.

 

Combien de familles détruites, combien de veuves ou de veufs, d’enfants orphelins ?

 

Plusieurs expertises et un baromètre social ont mis en exergue les causes et les faits aggravants du passage à l’acte de nos collègues.

 

Alors, laisser Madame PHILIPPON, DDSP 24, s’exprimer au nom de l’administration sur les suicides dans la Police Nationale, n’est-il pas vécu comme une provocation pour les personnels ?

 

Après avoir exercé à Lorient (56) où elle a laissé bon nombre de personnels du commissariat de la ville aux 5 ports, dans une souffrance absolue, son comportement et son management en complet décalage conduisent aux mêmes effets à Périgueux où elle exerce aujourd’hui.

 

Mutations dans l’intérêt du service, demandes de sanctions, réflexions permanentes, manque de considération des effectifs conduisent des personnels au burnout en espérant que le plus grave n’arrive pas.

 

Faudra-t-il un énième suicide dans nos rangs pour qu’un tel management soit remis en cause.

 

UNITÉ SGP POLICE FORCE OUVRIÈRE. s’insurge que la parole sur un dossier aussi grave soit donnée à de tels chefs de service, qui tous les jours peuvent conduire les agents au pire.

 

UNITÉ SGP POLICE FORCE OUVRIÈRE. demande que la lutte contre les suicides devienne la priorité ministérielle.

PublicationCommuniqués de presse