Le « goûter présidentiel » frugal des policiers ne passe pas

07 septembre 2017

Lundi, jour de la rentrée des classes, Emmanuel Macron était en visite dans une école primaire de Forbach.

 

En poste sur les lieux du VO avant 6 h du matin pour certains, les policiers recevaient, vers 10 h, un petit sachet repas. À l’intérieur : une pomme, une bouteille d’eau de source 50 cl, une mini-brique de jus d’orange et un sachet de 4 biscuits. Un encas dans l’attente d’un repas de midi qui tienne l’estomac ? Que nenni ! Ce sera la seule et unique collation - un « goûter d’écolier » plaisantent certains - distribuée aux forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité autour du déplacement présidentiel.

 

Le « goûter présidentiel » fait le buzz sur les pages Facebook à l’instar de celle du Syndicat UNITÉ SGP POLICE-FO.

 

Secrétaire départemental d’UNITÉ SGP POLICE-FO en Meurthe-et-Moselle, Abdel Nahass « n’accepte pas de telles conditions de travail ». Le représentant syndical compte « alerter le préfet délégué et saisir le CHSCT ». « C’est toujours la DDSP qui reçoit - ici la Moselle - qui à la charge d’assurer la restauration. Avec la possibilité de demander un remboursement à l’administration et en cas de déplacement hors du lieu de résidence, les fonctionnaires ont droit à un forfait repas de 15,25 €. Là, on en est loin ! ».

RégionsÉchos de la région EST