Le syndicat UNITÉ SGP POLICE réclame des effectifs

02 août 2017

Les représentants du syndicat UNITÉ SGP POLICE-FO ont rencontré la ministre Jacqueline Gourault. Ils ont notamment demandé l'augmentation des effectifs.

 

Il n'y avait pas vraiment de suspense mais le syndicat UNITÉ SGP POLICE-FO s'est battu jusqu'au bout.

 

Lors de sa rencontre avec la ministre Jacqueline Gourault, lundi, à La Chaussée-Saint-Victor, et du conseiller police du cabinet du ministre de l'Intérieur, les représentants du syndicat ont« pris acte malheureusement » de la fermeture de la brigade motorisée urbaine (BMU) de Blois, depuis longtemps sur la sellette (lire la NR du  vendredi 21 juillet). « On déplore cette disparition, surtout que la BMU avait une vocation de sécurité routière. On ne comprend pas ce positionnement par rapport au discours du préfet .. . », soulignent Stéphane Chimot, secrétaire départemental du syndicat UNITÉ SGP POLICE-FO, et Thierry Pain, secrétaire national délégué Centre-Val de Loire. Car à l'heure où les chiffres de l'accidentalité ne sont pas bons, cette unité, qui se chargeait notamment des contrôles routiers, avait donc un rôle essentiel aux yeux des représentants syndicaux .

 

Lors de cet entretien d'environ 1 h 20, les représentants syndicaux ont trouvé la ministre auprès du ministre de l'Intérieur « très à l'écoute » , « sans langue de bois », « consciente des problèmes » mais « elle n'est pas là pour faire des promesses ! »

 

Cette rencontre a été l'occasion pour Stéphane Chimot et Thierry Pain d'exposer des demandes d'effectifs pour les commissariats de Blois et Vendôme. Ils souhaitent le renfort de 12 gardiens de la paix (8 à Blois, 4 à Vendôme), d'un agent administratif (qui serait chargé de l'accueil au commissariat de Vendôme) et d'un agent spécialisé de la police technique et scientifique à Vendôme, (( qui permettrait d'obtenir de meilleurs résultats en terme d'élucidation » .

 

Les représentants syndicaux réclament aussi davantage d'adjoints de sécurité, ces contractuels qui épaulent les policiers dans leurs missions quotidiennes. ils sont actuellement 21 dans le département, UNITÉ SGP POLICE-FO aimerait qu'ils soient 26 ou 27.

 

Le syndicat souhaite une BAC de jour ( On sait que ça peut paraître énorme en terme de demande d'effectifs . .. » insiste Stéphane Chimot. Mais, pour lui, cela se justifie dans le cadre de la mise en place de nouveaux cycles de travail au sein de la police et aussi dans l'optique de créer une brigade anti-criminalité (BAC} de jour à Blois. Pour le syndicat, si cette unité devait être mise en place, elle devrait comprendre au moins six fonctionnaires. (< Il faut qu'ils soient six, sinon ce n'est pas viable .. . S'il n 'y a pas des effectifs en suffisance, nous n'arriverons pas à pérenniser cette unité .. . »

 

Florence Vergne

 

RégionsÉchos de la région CENTRE