Les policiers veulent une vie sociale en dehors du travail

27 septembre 2018

Ce mercredi, Yves Lefebvre, le secrétaire général d’UNITÉ SGP POLICE était en visite auprès de ses collègues policiers à Béziers. Il a fait le point sur la situation locale.

 

Yves Lefebvre est le secrétaire général d’UNITÉ SGP POLICE. Il était en visite à Béziers, ce mercredi, quand il a reçu un coup de téléphone de Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur.

 

Gérard Collomb vous a-t-il annoncé une mesure concrète ?

 

Il est parvenu à obtenir une hausse du budget de la police. C’est une grande avancée. Il est allé contre les préconisations du Premier ministre. Ce sera annoncé officiellement demain (ce jeudi, NDLR). Je suis satisfait car nous ne ferons pas d’économie sur la sécurité des policiers et des gendarmes. C’est important.

 

Malgré toutes les bonnes volontés va-t-on parvenir à combler les lacunes de l’organisation ?

 

Ici, à Béziers, le plus gros problème vient de l’organisation du service du Prej ( administration pénitentiaire) qui contraint les policiers à intervenir en prison, à l’hôpital. Ce sont des tâches qui retirent ces fonctionnaires des tâches habituelles. Il faut que cela cesse.

 

C’est la raison pour laquelle je ne suis pas opposé à ce qu’un prisonnier soit gardé à l’hôpital par des services de sécurité armés et privés. Il faudra moraliser et formé cette profession, mais pourquoi ne pas y réfléchir pour le bien-être et le bon fonctionnement de la police.

RégionsÉchos de la région SUD