Propos et accusations intolérables contre les policiers à CALAIS

28 juillet 2017

UNITÉ SGP POLICE condamne avec fermeté les propos tenus par l’association Human Rights Watch (HRW) qui accuse les policiers de violer l’interdiction des peines ou traitements inhumains et dégradants et d’atteindre aux droits des migrants.

 

Cette association, au travers d’un rapport dont plusieurs médias se font l’écho, accuse les policiers d’asperger les migrants, leurs effets personnels et leur nourriture de «gaz poivre» y compris pendant leur sommeil.

 

Pour UNITÉ SGP POLICE, ces propos et ces accusations sont totalement inadmissibles.

 

UNITÉ SGP POLICE est indigné par cette polémique lancée par ces associations et médias en mal de publicité tendant à laisser croire que la police française commet toutes sortes d’exactions.

 

Alors que la Police Nationale est certainement le corps le plus contrôlé et répond à des règles de déontologie très strictes, comment peut-on écrire de telles allégations ?

 

Si UNITÉ SGP POLICE peut comprendre la détresse de ces populations fragiles, ce n’est pas en critiquant ainsi le travail de la police qu’elles trouveront une solution à leurs difficultés.

 

Alors que depuis de longs mois, les femmes et ces hommes qui composent la police nationale sont soumis à de lourdes contraintes, à un emploi intensif et sont l’objet d’agressions d’une rare violence, ils continuent néanmoins d’exercer leurs missions sans relâche, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 pour assurer la sécurité de tous nos concitoyens, cela mérite un minimum de respect plutôt que ce genre d’allégations.

 

Comment ose-t-on critiquer à ce point les policiers ?

 

UNITÉ SGP POLICE réaffirme son total soutien aux 100 000 gradés, gardiens et adjoints de sécurité qui, malgré de telles contraintes et de telles critiques, exercent leur métier avec abnégation, courage et professionnalisme.

PublicationCommuniqués de presse