Quand le système s’effondre, la BSU prend l’eau !

13 mai 2017

À ALES...

 

UNITÉ SGP POLICE DÉNONCE :

  • Le manque d’effectif
  • Le manque d’OPJ
  • La surcharge de Travail
  • L’augmentation du nombre de dossiers
  • Le traitement des dossiers en urgence
  • Les astreintes de nuit et heures supp

 

QUI ENGENDRENT :

  • Des arrêts maladie en cascade
  • Des Burn-out récurrents
  • Des personnels abattus et découragés
  • Un système gangréné

Sur 15 OPJ du CEA => 2 OPJ opérationnels (Au 12/05/2017, 10 OPJ indisponibles (CM, BS...), 3 OPJ aménagés et 2 OPJ pouvant effectuer toutes les missions dûes à leur qualification.)

 

Après 4 mois sur place, les nouveaux arrivants demandent à repartir !

 

Qu’attendent nos têtes pensantes pour réagir ?
L’irréparable ?

 

UNITÉ SGP POLICE s’était déjà opposé à la 1/2 heure supp. du vendredi soir, votée par d’autres...

Nous allons défendre vos conditions de travail au prochain CHSCT que nous avons déclenché.

RégionsÉchos de la région SUD