S’organiser sans le renfort des réservistes

19 juillet 2017

Les coupes budgétaires se traduisent dans la police par une réduction des effectifs de la réserve civile, un renfort pourtant précieux.

 

L’inquiétude monte dans les commissariats de Pau et de la côte basque.

 

Les coupes budgétaires annoncées la semaine dernière par le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin se sont déjà traduites sur le terrain par «une grosse diminution» de la réserve civile.

 

Ce renfort de policiers retraités ou de citoyens volontaires, très utilisé depuis l’instauration de l’état d’urgence en France, avait jusqu’ici permis de soulager les effectifs.

 

Selon nos informations, ces derniers jours, plusieurs de leurs vacations auraient été annulées.

 

«Sans eux, ça va être compliqué» «Avec l’été, sans eux, cela va être compliqué», commente Christophe Labarthe, délégué du syndicat UNITÉ SGP POLICE à Pau. Pour l’Agglo, une «trentaine de réserviste » assure ainsi la sécurisation de l’accueil au commissariat certaines patrouilles de surveillances des espaces publics.

 

C’est aussi sur eux que s’appuie l’Opération tranquillité vacances (OTV). Une mission qui devrait être reprise par les unités de roulement.

 

Car l’apport des réservistes serait désormais limité, à Pau, à la sécurisation du palais de justice et de la préfecture. Sur la côte basque, ils seraient maintenus pour la garde de la sous-préfecture et la sécurité des fêtes de Bayonne, selon le secrétaire départemental adjoint du syndicat, Patrice Peyruqueou.

 

« Les policiers sont à bout. Cela fait très longtemps qu’on le dit et qu’on le répète. Les réservistes nous donnaient un grand coup de main. Nous sommes des professionnels, nous ferons notre travail. Mais ces économies se font au détriment de la sécurité des citoyens car la suppression des réservistes va générer, dans l’immédiat, une baisse du nombre d’effectifs sur la voie publique», assure ce dernier.

 

Et selon lui, il n’y a pas que la sécurité publique qui est concernée, «la police aux frontières est également impactée». «L’été sera préservé» dans le 64 «Il s’agit d’une annonce nationale. La réserve civile voit ses crédits en réduction», confirme le directeur de cabinet du préfet, Michel Gouriou.

 

Mais ce dernier assure «que dans les Pyrénées- Atlantiques, l’été sera préservé et les missions prioritaires seront tenues. On verra ensuite pour le mois de septembre…»

 

Si les crédits semblent déjà épuisés dans les commissariats, le département disposerait «d’enveloppes spécifiques dans le cadre du plan de lutte contre la délinquance» qui permettraient de passer l’été.

 

Ensuite, il faudra s’organiser. Le plan de modernisation prévoit déjà la fin des gardes statiques dans les préfectures, rappelle Michel Gouriou. Pour celle de Pau, des travaux doivent être entrepris dans ce but.

RégionsÉchos de la région SUD-OUEST